Accueil

Ça se passe chez nous

  • Marc Maurel rend hommage à Desproges

    La librairie le Bleu du Ciel a le grand plaisir d'accueillir un spectacle vivant (mais avec des textes d'un auteur mort) et drôle en plus !

    En effet, VENDREDI 17 MAI à 19h, Marc Maurel jouera pour vous au milieu de nos meubles à roulettes et de nos milliers de livres un spectacle en hommage à Desproges. Nous espérons vous voir nombreux-ses ! Laissons Marc Maurel lui-même expliquer son projet :

     

    Lire la suite

  • Rencontre avec Eliane Astier

    Mardi 16 Avril, à 18h, Eliane Astier viendra nous parler de « l'arbre à tout faire », qu'on l'utilise en agriculture, viticulture, ostréiculture, construction, teinture, apiculture, vannerie, médecine, cuisine. Cet « arbre généreux » est notre voisin : le châtaignier.

    Eliane Astier et Bernard Bertrand lui ont consacré un ouvrage dans la collection « le Compagnon végétal » aux éditions du Terran. Eliane nous avait déjà fait le plaisir de nous présenter les usages du tilleul, et, en attendant que paraisse son prochain ouvrage sur les joncs, elle nous parlera de celui qu'on a surnommé l'arbre à pain, en raison des qualités nutritives de ses fruits.

  • Voyage en Misarchie au Mas d'Azil

    Vendredi 15 Février à 19h au bistrot Capuche Béret situé au Mas d'Azil (sur la place du marché, à côté de l'office du tourisme)

    Rencontre avec Emmanuel Dockes, et discussion autour de ses propositions d'organisation d'une misarchie, rassemblées sous la forme d'un roman dans Voyage en Misarchie.

    Misarchie. n.f. : régime dont le principe est une réduction maximale des pouvoirs et des dominations. 

    Pour ceux qui veulent manger sur place, un repas simple sera cuisiné par nos soins ! Et pour boire, il y aura tout ce qu'il faut au bar !

     

     

     

    Lire la suite

  • Projection Vendredi 8 Février

    Vendredi 8 Février à 19h, le Bleu du Ciel devient cinéma, pour projeter un documentaire :

     

    Sur la route d'Exarcheia

     

     

    Lire la suite

Nous avons aimé

  • Noir c'est noir

    "La vieille qui ne voulait pas mourir avant de l'avoir refait", c'est du Tarantino en roman. Le milieu représenté est tellement sordide, ses  protagonistes tellement cyniques et cruels qu'on peut être pris d'un malaise devant tant d'immondice humaine. Au coeur de cette boue d'amoralité s'élève la vieille Pauline Verdi, soleil noir de la vengeance, qui, avec quelques uns de ses proches, va régler des comptes. On n'est pas dans le burlesque de la représentation de naifs gentils qui se retrouveraient de façon incongrue dans un milieu bien plus violent que ce qu'ils peuvent imaginer ; non, la vieille n'est pas enfermée dans sa vieillesse qui la rendrait risible face à de jeunes hommes cruels, elle est vieille parce qu'elle a vieilli, mais elle est restée la même personne qu'avant, courageuse et impitoyable, donc redoutable. Les dialogues dont tellement crus qu'ils en sont extrêmement savoureux, et permettent de rire un peu, dans cette ambiance si malsaine et violente. La référence à Tarantino me vient aussi avec le fait que le lecteur est dérouté face à une intrigue qui lui glisse entre les doigts, sans jamais le perdre toutefois.

  • Graines de femmes

    Ce roman est composé d'une dizaine de portraits hauts en couleur d'enfants chinoises émigrées aux Etats-Unis à la fin du XXe siècle. Avec une gouaille très réjouissante elles parlent d'elles, de leurs familles, de leur voisinage, de leurs camarades, en fait de tout le maillage social dans lequel elles évoluent pour devenir adultes. L'écriture très énergique rend magnifiquement la violence des émotions des ces filles qui quittent l'enfance et entrent dans l'âge adulte avec un fracas d'autant plus spectaculaire que leurs familles sont déchirées et leur place dans la société extrêmement instable. La misère dans laquelle vivent leurs familles et les névroses des adultes pèsent lourd sur leurs frêles épaules, elles qui doivent d'abord tenter d'épanouir leurs personnalités originales et uniques malgré la case sociale standardisée où l'on voudrait les contenir : fillettes d'origines chinoises. L'auteure Jenny Zhang, 35 ans, aurait pu faire partie de ses héroïnes, elle qui est née en Chine et a rejoint ses parents à New York à l'âge de 4 ans. Elle exprime à travers ses personnages un souffle d'impertinence et d'insoumission qui tente en permanence d'écarter le poids de la famille, de la tradition, du devoir, de la bienséance, bref tout ce qui empêche d'être libre.

  • L'Insolente, dialogues avec Pinar Selek

    Je ne saurais mieux résumer ce livre que ne le fait la 4ème de couverture, car il est extrêmement compliqué de condenser en quelques lignes la présentation de la femme incroyable qu'est Pinar Selek. Elle-même défend la complexité de la vie et la nécessité de ne pas cloisonner, hiérarchiser, prioriser les luttes, la vie sociale, la vie intime, l'individu, l'humanité. L'axiome de Robert Antelme : "Ne retrancher personne de l'humanité" lui correspond parfaitement, à quoi il faudrait ajouter : ne sacrifier aucune des possibilités de l'existence, puisqu'en dehors des luttes politiques, l'amitié, l'amour, la littérature, la nature, ont tenu une place essentielle. Voici donc ce qui est écrit au dos du livre :

    Lire la suite

  • Portraits : Emily Dickinson et Marina Tsvetaieva

    Le Manifeste Incertain 7 de Frédéric Pajak mérite d'être lu et offert pour bien des raisons. L'objet d'abord est très beau : sur un papier à grain épais, l'auteur a illustré son texte de dessins à l'encre de Chine parfaitement accordés avec les vies des deux poètesses qui en sont le sujet. Le livre se compose de trois parties : une biographie succinte de l'américaine Emily Dickinson (1830-1884), un bref récit du voyage de l'auteur en Russie sur les traces de Marina Tsvetaieva (1892-1941), puis une biograpie détaillée de la vie extrêmement difficile de celle-ci. Quel rapport entre ces deux poètesses ? Frédéric Pajak écrit : "Toutes deux n'ont jamais douté de leur art, malgré leur isolement, la censure ou l'indifférence. Parce qu'elle ne savent s'accomoder des convenances de cet art, elles s'efforcent de le réinventer, chacune à sa façon". "Enfin, toutes deux ont autre chose en commun, et pas des moindres : une foi absolue en la postérité de leurs oeuvres. Au plus terrible de leur solitude, elles savent que leurs poèmes traverseront le temps et passeront les frontières. Ils seront lus et récités bien après leur mort. Parce qu'ils sont, de toute évidence, éternels."

    Lire la suite

Vous trouverez aussi sur nos tables

Évènements à venir et contact

Librairie Le Bleu du Ciel
15, rue Victor Hugo
09100 PAMIERS
France

Téléphone : 05 61 60 02 79

Formulaire de contact