Billets de evagamonal

  • Tristes amériques

    Le Maktaak est le lard de baleine chez les Inuit. Le genre de nourriture que ne mangent plus ceux qui ont quitté l'Alaska et se sont accoutumés au mode de vie étasunien. Gildas Guyot l'a choisi pour titre de ce roman car son sujet en est précisément l'acculturation de ce peuple.

    Lire la suite

  • Balade à Pamiers

    On ne voit pas très bien sur mes photos de piètre qualité mais j'ai photographié un coin de Pamiers où était inscrit le nom des plantes habituellement considérées comme indésirables, celles qui s'imposent sur les murs ou les coins de trottoir des villes. Quand j'ai vu ça je me suis dit "c'est génial !", puis je me suis demandé pourquoi c'était génial. Parce que c'est poétique ?

    Lire la suite

  • Histoire de l'humanité

    Certaines personnes ont un métier vraiment extraordinaire : c'est le cas d'Evelyne Heyer, qui est chercheuse en anthropologie génétique. Avec ses collègues, ils se posent des questions comme : quand les hommes ont-il quitté l'Afrique pour migrer au-delà ? Quel chemin a pris Sapiens pour coloniser l'Asie ? Pourquoi les habitants de la Terre de Feu découverts par Magellan en 1520 avaient une endurance exceptionnelle au froid ? Pour répondre à ces questions, ils organisent des missions de recherche sur le terrain, et après analyse au laboratoire des données récoltées, ils parviennent à y répondre !

    Lire la suite

  • 4 garçons pleins d'avenir

    Dans les collines de Dalmatie vivent Jozo Aspic et ses quatre fils, éloignés  de la civilisation certes géographiquement mais surtout viscéralement. Que quiconque issu du reste du monde s'approche de leur hameau, son accueil sera... peu conventionnel ! Et pourtant, vivre reclus, ça va un moment : l'aîné des Aspic va finir par vouloir prendre femme ... et pour cela, il doit quitter son trou ... c'est le début d'une succession d'aventures rocambolesques à mourir de rire.

    Lire la suite

  • L'écologie du livre

    Excellent dossier de la revue S!lence sur l'écologie du livre

    https://www.revuesilence.net/

    Certes, l'industrie du livre est très peu écologique et à toutes les étapes de la chaîne du livre, il y aurait des changements de comportement à adopter d'urgence. Mais, comme nous l'indique un encadré, relativisons !

    Lire la suite

  • J'ai vu Sisyphe heureux

    "J'ai vu Sisyphe heureux" est un recueil de trois récits poétiques en français et en grec, écrits dans une langue simple, douce et profonde comme une confidence chuchotée lors d'une veillée.

    Lire la suite

  • La poésie intime d'Abdellatif Laabi

    Abdellatif Laabi est un poète marocain dont l'oeuvre simple et profonde est très charmante et donne envie de parcourir les chemins de traverses où le langage poétique nous guide. Piochons :

    "J'ai cru par l'esprit / me libérer de mes prisons / Mais l'esprit lui-même / est une prison / J'ai essayé d'en repousser les parois / J'essaie toujours"
     

    Lire la suite

  • Prout à la Tradition

    "Prout à la Tradition", c'est Sam qui le dit, l'héroïne de ce court roman jeunesse, et cela en résume efficacement la philosophie.

    Il faut dire que la Tradition, dans la tribu de Sam, conditionne complètement la vie des individus, et qu'il ne fait pas bon la discuter.

    Lire la suite

  • Joie de lire, joie de vivre !

    Réédité par les excellentes éditions Monsieur Toussaint Louverture, "Anne de Green Gable" est un véritable trésor de la littérature jeunesse canadienne.

    Lire la suite

  • LA PARABOLE DU SEMEUR

    Roman de science fiction écrit par Octavia.E.Butler, en 1993.

    Octavia.E.Butler est une écrivaine de science-fiction afro-américaine, décédée en 2006, à 58 ans. 

     

    Nous pouvons,

    Chacun d'entre nous,

    Accomplir l'impossible

    Si nous pouvons nous convaincre

    Que quelqu'un l'a déjà fait avant nous.”

     

    Lire la suite

  • La liberté

     SECOND BAPTEME

    De pauvres mots baptisés dans l'amertume et les larmes, / prennent leur essor et s'envolent -des oiseaux qui pépient,

    Et celui-là le mot clandestin - le mot de liberté, / au lieu de son essor, il prend les armes et fend les airs.

    Lire la suite

  • Contes ordinaires d'une société résignée, la suite !

    Le jeune auteur de BD turc Ersin Karabulut fait paraître son 2è album en France, après ses excellents Contes ordinaires d'une société résignée.

     

    Lire la suite

  • Littérature pour adolescents

    L'excellent réseau Sorcières, qui rassemble les librairies spécialisées jeunesse, propose une sélection de romans "junior", qui peut vous guider si vous en cherchez : https://librairies-sorcieres.blogspot.com/2020/11/une-selection-de-romans-juniors-parus.html

    N'en fait pas partie, car parut très récemment, l'excellent Renards du Désert, de Pierdomenico Baccalario.

    Lire la suite

  • Monter en épingle

    Dans ce roman, l'écrivaine et scénariste franco iranienne nous embarque avec brio dans la spirale d'un événement, qui, comment le dire autrement, fait le buzz.

    Lire la suite

  • Le détour

    "Peut être un chef d'oeuvre absolu" Goliarda Sapienza

    Les carnets de Luce d'Eramo furent publiés la première fois en 1979, ils representent 25 années de travail d'écriture, 25 années pour dire et se redire, 25 années de lutte contre l'oubli.

     

    Lire la suite

  • Pinar Selek

    “Je resterai jusqu’à la fin de ma vie, une militante de la poésie”
    Pinar Selek, L'insolente.

    Le 4 juillet, Pinar Selek nous a fait l’immense plaisir de répondre à notre invitation en Ariège.

    Lire la suite

  • Hommage à Luis Sepulveda

    Nous sommes attristées comme des millions de lecteurs-lectrices par la mort de l'auteur chilien Luis Sepulveda, emporté par le coronavirus.

    Lire la suite

  • Restons sceptique, avec Normand Baillargeon

    Quatre hommes visitent l'Australie pour la première fois. En voyageant par train, ils aperçoivent le profil d'un mouton noir qui broute.

    Le premier homme en conclut que les moutons australiens sont noirs.

    Lire la suite

  • Prenons de l'avance, avec Marcus Malte

    Le roman "Aires" de Marcus Malte s'ouvre sur un préambule rédigé par un être (humain ?) du futur qui s'intéresse comme historien à notre société actuelle, et la décrit à ceux qui vivent en son temps. Le langage du futur qu'a créé l'auteur est très ingénieux, et ses réflexions assez savoureuses... Extrait :

    " C'était l'ère de l'individu. L'égoprime au paroxysme. Moi exclusif. Unité centrale. Un+un+un+un... qui jamais ne font somme. Les hommes toujours au singulier. Chacun farouche gardien de sa propre prison (single cell, cingle cell, ils chantaient !) Chaque partie se prenant pour le tout, et le tout pris pour entité négligeable.

     

    Lire la suite

  • Double langage avec Esope

    Xanthus [son maître] lui commanda (à Esope] ce qu'il y aurait de meilleur. Il n'acheta que des langues : l'entrée, le second, l'entremets, tout ne fut que langues. Et qu'y a-t-il de meilleur que la langue ? reprit Esope : c'est le lien de la vie civile, la clef des sciences, l'organe de la vérité et de la raison. Eh bien, dit Xanthus, achète-moi demin ce qui est de pire. Le lendemain, Esope ne fit que servir le même mets, disant que la langue est la pire des choses qui soit au monde : "C'est la mère de tous les débats... la source des divisions et des guerres ..."

    La Fontaine, Vie d'Esope, cité par Norman Baillargeon dans le Petit cours d'autodéfense intellectuelle