Billets de evagamonal

  • Rencontre littéraire avec Adlene Meddi

    Vendredi 28 Juin à 19h

    Dans le cadre du Marathon des mots, nous avons la chance d'accueillir à la librairie du Bleu du Ciel l'auteur algérien Adlène Meddi, auteur de romans noirs dont le dernier, 1994, nous a particulièrement intéressés. Adlene Meddi est également journaliste-reporter et a décrit et analysé tout au long de cette année extrêmement mouvementée les événements politiques en Algérie.

    Lire la suite

  • Noir c'est noir

    "La vieille qui ne voulait pas mourir avant de l'avoir refait", c'est du Tarantino en roman. Le milieu représenté est tellement sordide, ses  protagonistes tellement cyniques et cruels qu'on peut être pris d'un malaise devant tant d'immondice humaine. Au coeur de cette boue d'amoralité s'élève la vieille Pauline Verdi, soleil noir de la vengeance, qui, avec quelques uns de ses proches, va régler des comptes. On n'est pas dans le burlesque de la représentation de naifs gentils qui se retrouveraient de façon incongrue dans un milieu bien plus violent que ce qu'ils peuvent imaginer ; non, la vieille n'est pas enfermée dans sa vieillesse qui la rendrait risible face à de jeunes hommes cruels, elle est vieille parce qu'elle a vieilli, mais elle est restée la même personne qu'avant, courageuse et impitoyable, donc redoutable. Les dialogues dont tellement crus qu'ils en sont extrêmement savoureux, et permettent de rire un peu, dans cette ambiance si malsaine et violente. La référence à Tarantino me vient aussi avec le fait que le lecteur est dérouté face à une intrigue qui lui glisse entre les doigts, sans jamais le perdre toutefois.

  • Graines de femmes

    Ce roman est composé d'une dizaine de portraits hauts en couleur d'enfants chinoises émigrées aux Etats-Unis à la fin du XXe siècle. Avec une gouaille très réjouissante elles parlent d'elles, de leurs familles, de leur voisinage, de leurs camarades, en fait de tout le maillage social dans lequel elles évoluent pour devenir adultes. L'écriture très énergique rend magnifiquement la violence des émotions des ces filles qui quittent l'enfance et entrent dans l'âge adulte avec un fracas d'autant plus spectaculaire que leurs familles sont déchirées et leur place dans la société extrêmement instable. La misère dans laquelle vivent leurs familles et les névroses des adultes pèsent lourd sur leurs frêles épaules, elles qui doivent d'abord tenter d'épanouir leurs personnalités originales et uniques malgré la case sociale standardisée où l'on voudrait les contenir : fillettes d'origines chinoises. L'auteure Jenny Zhang, 35 ans, aurait pu faire partie de ses héroïnes, elle qui est née en Chine et a rejoint ses parents à New York à l'âge de 4 ans. Elle exprime à travers ses personnages un souffle d'impertinence et d'insoumission qui tente en permanence d'écarter le poids de la famille, de la tradition, du devoir, de la bienséance, bref tout ce qui empêche d'être libre.

  • Marc Maurel rend hommage à Desproges

    La librairie le Bleu du Ciel a le grand plaisir d'accueillir un spectacle vivant (mais avec des textes d'un auteur mort) et drôle en plus !

    En effet, VENDREDI 17 MAI à 19h, Marc Maurel jouera pour vous au milieu de nos meubles à roulettes et de nos milliers de livres un spectacle en hommage à Desproges. Nous espérons vous voir nombreux-ses ! Laissons Marc Maurel lui-même expliquer son projet :

     

    Lire la suite

  • Rencontre avec Eliane Astier

    Mardi 16 Avril, à 18h, Eliane Astier viendra nous parler de « l'arbre à tout faire », qu'on l'utilise en agriculture, viticulture, ostréiculture, construction, teinture, apiculture, vannerie, médecine, cuisine. Cet « arbre généreux » est notre voisin : le châtaignier.

    Eliane Astier et Bernard Bertrand lui ont consacré un ouvrage dans la collection « le Compagnon végétal » aux éditions du Terran. Eliane nous avait déjà fait le plaisir de nous présenter les usages du tilleul, et, en attendant que paraisse son prochain ouvrage sur les joncs, elle nous parlera de celui qu'on a surnommé l'arbre à pain, en raison des qualités nutritives de ses fruits.

  • L'Insolente, dialogues avec Pinar Selek

    Je ne saurais mieux résumer ce livre que ne le fait la 4ème de couverture, car il est extrêmement compliqué de condenser en quelques lignes la présentation de la femme incroyable qu'est Pinar Selek. Elle-même défend la complexité de la vie et la nécessité de ne pas cloisonner, hiérarchiser, prioriser les luttes, la vie sociale, la vie intime, l'individu, l'humanité. L'axiome de Robert Antelme : "Ne retrancher personne de l'humanité" lui correspond parfaitement, à quoi il faudrait ajouter : ne sacrifier aucune des possibilités de l'existence, puisqu'en dehors des luttes politiques, l'amitié, l'amour, la littérature, la nature, ont tenu une place essentielle. Voici donc ce qui est écrit au dos du livre :

    Lire la suite

  • Portraits : Emily Dickinson et Marina Tsvetaieva

    Le Manifeste Incertain 7 de Frédéric Pajak mérite d'être lu et offert pour bien des raisons. L'objet d'abord est très beau : sur un papier à grain épais, l'auteur a illustré son texte de dessins à l'encre de Chine parfaitement accordés avec les vies des deux poètesses qui en sont le sujet. Le livre se compose de trois parties : une biographie succinte de l'américaine Emily Dickinson (1830-1884), un bref récit du voyage de l'auteur en Russie sur les traces de Marina Tsvetaieva (1892-1941), puis une biograpie détaillée de la vie extrêmement difficile de celle-ci. Quel rapport entre ces deux poètesses ? Frédéric Pajak écrit : "Toutes deux n'ont jamais douté de leur art, malgré leur isolement, la censure ou l'indifférence. Parce qu'elle ne savent s'accomoder des convenances de cet art, elles s'efforcent de le réinventer, chacune à sa façon". "Enfin, toutes deux ont autre chose en commun, et pas des moindres : une foi absolue en la postérité de leurs oeuvres. Au plus terrible de leur solitude, elles savent que leurs poèmes traverseront le temps et passeront les frontières. Ils seront lus et récités bien après leur mort. Parce qu'ils sont, de toute évidence, éternels."

    Lire la suite

  • Voyage en Misarchie au Mas d'Azil

    Vendredi 15 Février à 19h au bistrot Capuche Béret situé au Mas d'Azil (sur la place du marché, à côté de l'office du tourisme)

    Rencontre avec Emmanuel Dockes, et discussion autour de ses propositions d'organisation d'une misarchie, rassemblées sous la forme d'un roman dans Voyage en Misarchie.

    Misarchie. n.f. : régime dont le principe est une réduction maximale des pouvoirs et des dominations. 

    Pour ceux qui veulent manger sur place, un repas simple sera cuisiné par nos soins ! Et pour boire, il y aura tout ce qu'il faut au bar !

     

     

     

    Lire la suite

  • Projection Vendredi 8 Février

    Vendredi 8 Février à 19h, le Bleu du Ciel devient cinéma, pour projeter un documentaire :

     

    Sur la route d'Exarcheia

     

     

    Lire la suite

  • PROJECTION Sur la route d'Exarcheia

    vendredi 8 février à 19h au Bleu du Ciel

    ENTREE LIBRE ET GRATUITE

  • Nuit de la lecture

    Venez donc partager des lectures au Bleu du Ciel !

    En première partie, je vous propose une lecture d'une nouvelle du grand Kafka, pleine de sens qui partent dans tous les sens : « Joséphine la chanteresse ou le peuple des souris ». Cette lecture sera accompagnée de notes qui partiront aussi dans tous les sens, celles de la guitare de mon ami Nico.

    Pour la deuxième partie (à partir de 20h environ), librairie espagnole ! C'est comme une auberge espagnole, mais avec des textes : chacun apporte les textes qu'il veut partager, spécialités maison ou découvertes récentes, rares et exquis ou simplement nourrissants, apportez ce que vous voulez.

    D'ici là, portez-vous bien !

  • Lecture participative

    MERCREDI 17 OCTOBRE à 18h00, Dominique Despierre, comédienne et conteuse, propose une lecture participative :

    MYRIAM OU LES METAMORPHOSES DU DESIR

    Durée environ 1h30. Entrée libre.

    Public à partir de 15 ans.

    D'après le roman de Jean Yves Leloup : « Une femme innombrable ».

     

     

     

     

    Lire la suite

  • Zwing Time

    Zadie Smith nous propose à nouveau un roman moderne et intelligent. Si elle aborde des questions sociales, comme l'immigration, les classes sociales, la situation des femmes, elle le fait vraiment en romancière, en incarnant ces problématiques dans des personnages complexes et subtils, sans imposer de conclusions ni de leçons. Zadie Smith maîtrise à merveille l'art du portrait : incisif et souvent cruel pour les personnages secondaires, denses et tortueux pour les principaux. D'ailleurs, on peut résumer ce roman à un long portrait croisé : la destinée de deux personnages féminins, très liées dans leur enfance par leur passion pour la danse. La vie les éloigne, leurs parcours respectifs apportent à chacune leur lot d'espoirs et de déceptions, de plaisirs et de souffrances.

  • Beautés de la rue

    Ce roman est tellement magnifique qu'on se sent tout démuni pour en parler, comme on se sentirait tout pétrifié dans notre mélancolie occidentale si l'on croisait en vrai ses deux héros, Melone et Trouvaille, enfants des rues de Port au Prince, pleins de malice et d'énergie. La langue de René Philoctète est impressionnante de créativité, sa poésie n'apparait pas comme une fin, mais un moyen très spontané de décrire les mille facettes de cette capitale des Caraïbes. Evelyne Trouillot a écrit pour ce roman une préface tellement juste que je préfère lui céder la parole : "

    « Le roman inédit de René Philoctète expose un Port-au-Prince de l’après dictature et de la montée au pouvoir d’Aristide : le Port-au-Prince des miséreux, des culs-de-jatte, des aveugles qui habitent sur le parvis des églises ; le Port-au-Prince de la Saline et des enfants qui s’aiment derrière les piles de fatras ; le Port-au-Prince tenu par les hommes du Général et celui de l’ascension du prêtre et futur président. Si Jacques Roumain dépeint la misère de Fonds-Rouge, c’est à celle des grandes villes que s’attaque Philoctète, la misère “qui encrapule, rapetisse, abrutit”. Roman téméraire qui a réussi son pari de montrer des sentiments humains admirables chez des êtres que la société n’associe pas à ce qui est beau et grand.

     

    Lire la suite

  • Tranches de vie au Pays Basque

    Patria balaie une trentaine d'année de la vie de deux familles amies puis ennemies dans un village du pays basque espagnol. L'auteur, Fernando Aramburu, nous balade sur ces trente années sans linéarité, et en focalisant tantôt sur l'un, tantôt sur l'autre des personnages assez peu nombreux qui participent à cette histoire. Le lecteur que nous sommes récolte patiemment les éléments biographiques et historiques pour les assembler et aboutir à un enchaînement de faits mineurs et majeurs où s'entremêlent déterminisme et libre-arbitre. Les personnages sont très incarnés, très humains, faillibles et touchants, embarqués comme ils sont dans la grande Histoire où l'ETA tonne le ton et s'immisce jusque dans les relations les plus intimes.

  • Retour à Lagardelle sur Leze

    C'est reparti pour une année ! Mardi 2 Octobre, de 17h30 à 19h30, la librairie le Bleu du Ciel transportera une nouvelle sélection d'ouvrages à l'Amap le Goût des Autres à Lagardelle sur Leze, où l'ambiance est excellente, sous le hangar !

  • Les Mirages de l'éolien le 3 Octobre

    Et vous, qu'est-ce que vous en pensez des éoliennes ?

     

    Avant de se positionner, il faut bien saisir le contexte :

    Entre les mains de qui les parcs éoliens se créent-ils ?

    Qui en profite ?

    Qui subit les nuisances ?

    Comment fonctionne une éolienne ?

    Comment est acheminée l'énergie, et qui la contrôle ?

    Les éoliennes sont-elles indispensables pour une transition énergétique ?

    Si oui, de quelle transition parle-t-on exactement ?

     

    Pour creuser ces questions, et bien d'autres certainement, nous vous proposons de venir discuter avec Grégoire Souchay autour de son ouvrage « Les mirages de l'éolien », publié chez Seuil dans la collection Reporterre, du nom du quotidien de l'écologie sur Internet, qui a co-édité le livre :

     

    Mercredi 3 Octobre à 18h au Bleu du Ciel

  • Au-delà de la propriété Jeudi 28 Juin à 18h

    Jeudi 28 Juin à 18h, Benoit Borrits nous fait le grand plaisir de venir discuter de son livre tout récemment paru « Au-delà de la propriété, pour une économie des communs ».

    À partir d’une enquête sur le mouvement coopératif, les diverses approches de la propriété collective au XIXe siècle, l’étatisation soviétique, la socialisation espagnole de 1936 et la tentative de correction autogestionnaire des communistes yougoslaves, ce livre propose de penser un au-delà à la propriété productive, qu’elle soit privée/capitaliste ou collective.

     

    Lire la suite

  • Jeudi 22 Juin 18h30

    Le collectif « Penser est une fête » nous propose de discuter autour du livre d' Emilie Hache « Ce à quoi nous tenons, Propositions pour une écologie pragmatique ». Après un premier rendez-vous en mai où l'on a discuté du livre « Où atterrir ? Comment s'orienter en politique » de Bruno Latour, nous poursuivons l'exploration d'essais d'écologie politique par ce second livre d'une auteure associée au courant dit « écoféministe ». Pas besoin d'avoir lu le livre : la formule de ces rencontres est de commencer par une présentation assez approfondie de son contenu, puis d'une discussion autour des questions et propositions de l'auteur.

  • Mémoires de roses Jeudi 21 Juin à 18h

    Rencontre avec Sylvie Sundberg et son livre intitulé Mémoires de roses. Ce très bel ouvrage évoque la fleur « la plus intimement liée à l'activité humaine » sous de nombreux aspects : symboles et croyances, inspirations artistique, usages pratiques en médecine, cuisine, parfumerie, culture et exploitation (sans oublier les dégâts sociaux et écologiques de sa culture intensive en Afrique : il n'y a pas que du rose). La rose à travers les époques, et à travers les continents : c'est un ouvrage particulièrement riche que Sylvie Sundberg a écrit et mis en page avec de nombreuses illustrations, et nous sommes ravis qu'elle vienne le présenter au Bleu du Ciel (rien de tel que le mélange des couleurs). Nous lirons des textes, discuterons, dégusterons, et puisque c'est le 21 Juin, il y aura une petite surprise musicale (voir "lire la suite"). Toutefois, c'est seulement une avant-soirée, et si vous avez ensuite d'autres projets pour la plus longue journée de l'année, c'est tout à fait compatible !

    Lire la suite