Vegetation murale 2

Balade à Pamiers

On ne voit pas très bien sur mes photos de piètre qualité mais j'ai photographié un coin de Pamiers où était inscrit le nom des plantes habituellement considérées comme indésirables, celles qui s'imposent sur les murs ou les coins de trottoir des villes. Quand j'ai vu ça je me suis dit "c'est génial !", puis je me suis demandé pourquoi c'était génial. Parce que c'est poétique ?

Il est vrai que les noms des plantes invitent au rêve : ici Ruines de Rome, pariétaire des murs, linaire à feuille d'origan, cymbalaire, et ces bons vieux figuier et lierre. Parce que c'est instructif ? C'est vrai que j'ai toujours aimé les informations botaniques dans les parcs, le soin mis à nommer les arbres ou les plantes remarquables ... alors celles qu'on ne remarque pas d'ordinaire, encore plus ! Parce que c'est politique ? L'acte d'écrire sur des murs dans la rue déjà en soi est politique, mais là en plus j'y vois une façon de rendre hommage à la vaillance et la force de vie de la nature qui s'impose et lutte pour exister malgré nos cochonneries de bitume et de déchets. Parce que c'est philosophique ? Oui, forcément, créer l'étonnement, c'est inviter à réfléchir, et ici, à regarder d'un regard neuf et non conditionné par la dichotomie ville / nature. Et sous cette magnifique glycine et ce rosier éblouissant, signaler qu'à coté de la végétation plantée par l'homme et choisie pour ses qualités esthétiques, chaque petite plante est digne d’intérêt. En fait, ce que j'aime bien je crois dans le fait d'avoir écrit ces noms de plantes sur les murs, c'est la gratuité et la non revendication du geste et l'absence d'explication qui laisse libre cours à toutes les interprétations. Alors continuez !Vegetation murale