Nous avons aimé

  • LA PARABOLE DU SEMEUR

    Roman de science fiction écrit par Octavia.E.Butler, en 1993.

    Octavia.E.Butler est une écrivaine de science-fiction afro-américaine, décédée en 2006, à 58 ans. 

     

    Nous pouvons,

    Chacun d'entre nous,

    Accomplir l'impossible

    Si nous pouvons nous convaincre

    Que quelqu'un l'a déjà fait avant nous.”

     

    Lire la suite

  • Contes ordinaires d'une société résignée, la suite !

    Le jeune auteur de BD turc Ersin Karabulut fait paraître son 2è album en France, après ses excellents Contes ordinaires d'une société résignée.

     

    Lire la suite

  • Littérature pour adolescents

    L'excellent réseau Sorcières, qui rassemble les librairies spécialisées jeunesse, propose une sélection de romans "junior", qui peut vous guider si vous en cherchez : https://librairies-sorcieres.blogspot.com/2020/11/une-selection-de-romans-juniors-parus.html

    N'en fait pas partie, car parut très récemment, l'excellent Renards du Désert, de Pierdomenico Baccalario.

    Lire la suite

  • Monter en épingle

    Dans ce roman, l'écrivaine et scénariste franco iranienne nous embarque avec brio dans la spirale d'un événement, qui, comment le dire autrement, fait le buzz.

    Lire la suite

  • Le détour

    "Peut être un chef d'oeuvre absolu" Goliarda Sapienza

    Les carnets de Luce d'Eramo furent publiés la première fois en 1979, ils representent 25 années de travail d'écriture, 25 années pour dire et se redire, 25 années de lutte contre l'oubli.

     

    Lire la suite

  • L'arbre de mon Père d'Emilie Saitas

    J'ai beaucoup aimé l'album en deux tomes d'Emilie Saitas, une vraie saga dessinée.

     

    Lire la suite

  • Roman pour adolescent-e-s MAGIQUE !

    Très très difficile de résumer ce roman, car la magie, ça se vit, ça ne se raconte pas !

    Lire la suite

  • Petite soeur, mon amour

    "Petite soeur, mon amour" de Joyce Carol Oates est inspiré d'un fait divers tragique américain datant de 1996, qui n'a jamais été élucidé mais qui a fait le miel des tabloïds pendant des années.

    Lire la suite

  • Construire un feu

    Un homme avec son chien marche sur une route dans le grand Nord canadien par un froid qu'on a du mal à se représenter dans nos contrées tempérées. On lui a pourtant bien dit qu'en deçà de -50°C un homme seul ne pouvait faire la route qu'il s'apprêtait à faire...

     

    Lire la suite

  • Le coeur est un chasseur solitaire

    "Le coeur est un chasseur solitaire", quel titre sublime, n'est-ce pas ? Et le roman est à la hauteur du titre prometteur.

    Lire la suite

  • L'Afrique et la Chine

    Lieve Joris, voyageuse belge qui connait très bien le Congo, a entrepris d'enquêter sur les relations sino-africaines.

    Lire la suite

  • Noir c'est noir

    "La vieille qui ne voulait pas mourir avant de l'avoir refait", c'est du Tarantino en roman.

    Lire la suite

  • Graines de femmes

    Ce roman est composé d'une dizaine de portraits hauts en couleur d'enfants chinoises émigrées aux Etats-Unis à la fin du XXe siècle. Avec une gouaille très réjouissante elles parlent d'elles, de leurs familles, de leur voisinage, de leurs camarades, en fait de tout le maillage social dans lequel elles évoluent pour devenir adultes.

    Lire la suite

  • L'Insolente, dialogues avec Pinar Selek

    Je ne saurais mieux résumer ce livre que ne le fait la 4ème de couverture, car il est extrêmement compliqué de condenser en quelques lignes la présentation de la femme incroyable qu'est Pinar Selek. Elle-même défend la complexité de la vie et la nécessité de ne pas cloisonner, hiérarchiser, prioriser les luttes, la vie sociale, la vie intime, l'individu, l'humanité. L'axiome de Robert Antelme : "Ne retrancher personne de l'humanité" lui correspond parfaitement, à quoi il faudrait ajouter : ne sacrifier aucune des possibilités de l'existence, puisqu'en dehors des luttes politiques, l'amitié, l'amour, la littérature, la nature, ont tenu une place essentielle. Voici donc ce qui est écrit au dos du livre :

    Lire la suite

  • Portraits : Emily Dickinson et Marina Tsvetaieva

    Le Manifeste Incertain 7 de Frédéric Pajak mérite d'être lu et offert pour bien des raisons. L'objet d'abord est très beau : sur un papier à grain épais, l'auteur a illustré son texte de dessins à l'encre de Chine parfaitement accordés avec les vies des deux poètesses qui en sont le sujet. Le livre se compose de trois parties : une biographie succinte de l'américaine Emily Dickinson (1830-1884), un bref récit du voyage de l'auteur en Russie sur les traces de Marina Tsvetaieva (1892-1941), puis une biograpie détaillée de la vie extrêmement difficile de celle-ci. Quel rapport entre ces deux poètesses ? Frédéric Pajak écrit : "Toutes deux n'ont jamais douté de leur art, malgré leur isolement, la censure ou l'indifférence. Parce qu'elle ne savent s'accomoder des convenances de cet art, elles s'efforcent de le réinventer, chacune à sa façon". "Enfin, toutes deux ont autre chose en commun, et pas des moindres : une foi absolue en la postérité de leurs oeuvres. Au plus terrible de leur solitude, elles savent que leurs poèmes traverseront le temps et passeront les frontières. Ils seront lus et récités bien après leur mort. Parce qu'ils sont, de toute évidence, éternels."

    Lire la suite

  • Zwing Time

    Zadie Smith nous propose à nouveau un roman moderne et intelligent. Si elle aborde des questions sociales, comme l'immigration, les classes sociales, la situation des femmes, elle le fait vraiment en romancière, en incarnant ces problématiques dans des personnages complexes et subtils, sans imposer de conclusions ni de leçons. Zadie Smith maîtrise à merveille l'art du portrait : incisif et souvent cruel pour les personnages secondaires, denses et tortueux pour les principaux. D'ailleurs, on peut résumer ce roman à un long portrait croisé : la destinée de deux personnages féminins, très liées dans leur enfance par leur passion pour la danse. La vie les éloigne, leurs parcours respectifs apportent à chacune leur lot d'espoirs et de déceptions, de plaisirs et de souffrances.

  • Beautés de la rue

    Ce roman est tellement magnifique qu'on se sent tout démuni pour en parler, comme on se sentirait tout pétrifié dans notre mélancolie occidentale si l'on croisait en vrai ses deux héros, Melone et Trouvaille, enfants des rues de Port au Prince, pleins de malice et d'énergie. La langue de René Philoctète est impressionnante de créativité, sa poésie n'apparait pas comme une fin, mais un moyen très spontané de décrire les mille facettes de cette capitale des Caraïbes. Evelyne Trouillot a écrit pour ce roman une préface tellement juste que je préfère lui céder la parole : "

    « Le roman inédit de René Philoctète expose un Port-au-Prince de l’après dictature et de la montée au pouvoir d’Aristide : le Port-au-Prince des miséreux, des culs-de-jatte, des aveugles qui habitent sur le parvis des églises ; le Port-au-Prince de la Saline et des enfants qui s’aiment derrière les piles de fatras ; le Port-au-Prince tenu par les hommes du Général et celui de l’ascension du prêtre et futur président. Si Jacques Roumain dépeint la misère de Fonds-Rouge, c’est à celle des grandes villes que s’attaque Philoctète, la misère “qui encrapule, rapetisse, abrutit”. Roman téméraire qui a réussi son pari de montrer des sentiments humains admirables chez des êtres que la société n’associe pas à ce qui est beau et grand.

     

    Lire la suite

  • Tranches de vie au Pays Basque

    Patria balaie une trentaine d'année de la vie de deux familles amies puis ennemies dans un village du pays basque espagnol. L'auteur, Fernando Aramburu, nous balade sur ces trente années sans linéarité, et en focalisant tantôt sur l'un, tantôt sur l'autre des personnages assez peu nombreux qui participent à cette histoire. Le lecteur que nous sommes récolte patiemment les éléments biographiques et historiques pour les assembler et aboutir à un enchaînement de faits mineurs et majeurs où s'entremêlent déterminisme et libre-arbitre. Les personnages sont très incarnés, très humains, faillibles et touchants, embarqués comme ils sont dans la grande Histoire où l'ETA tonne le ton et s'immisce jusque dans les relations les plus intimes.

  • Smith & Wesson

    Smith & Wesson, deux individus un peu grotesques en mal de reconnaissance, sont choisis par une jeune fille loufoque pour participer à une entreprise inédite : descendre les chutes du Niagara et arriver vivante ! Wesson, qui a grandi près de ces chutes, connait leur morphologie par coeur ; Smith, inventeur génial mais malchanceux,  est chargé de concevoir le vaisseau capable de descendre cette immense cascade ; Rachel est le cobaye-vedette de cet exploit dont ils orchestrent la médiatisation avec l'absence de mesure qui caractérise ces trois personnages si atypiques.

  • Nos premiers jours

    Dans l'Iowa au début du XXème siècle, la vie d'une famille simple de fermiers et leur existence laborieuse, courageuse, modeste. L'amour aussi, les liens affectifs entre les divers membres de la famille, et la mort, si injuste ; oui mais, le travail de la terre, les semailles et les récoltes. Les relations sociales aussi, la vie au village, la vie à l'église, le voisinage : oui mais, la pluie tombera-t-elle ou non, l'inquiétude, le soulagement, d'abord voir quelle sera la production de l'année. La grande histoire aussi, l'évolution industrielle, les bouleversements politiques de ce siècle agité ; oui mais, l'entretien de la ferme, tout à faire, chacun ses tâches.

    Lire la suite