Nous avons aimé

  • Poésie pour les petits

    Ce mois-ci, les éditions Rue du Monde sont à l'honneur : colorées, joyeuses, et souvent politiques car elles défendent la diversité comme enchantement du monde. Nous avons en particulier à la librairie de nombreux petits livres pour enfants dans lesquels un poème, décliné sur plusieurs pages, est illustré avec fantaisie.

  • La Déclaration

    Ce livre ne sortira que le 18 Avril, mais j'ai eu la chance de le lire avant sa parution, et il m'a absolument glacée. Destiné à un public jeune, ce roman met en scène des personnages adolescents, dans un futur qui se veut assez proche de notre époque, mais qui a vécu une révolution essentielle : celle de la longévité. En effet, dans cette société, le rêve des transhumanistes est devenu réalité, on a tué la mort, et vivre éternellement est possible, si l'on suit le traitement pharmaceutique adéquat.

    Lire la suite

  • Luz ou le temps sauvage

    A vingt ans, à la naissance de son enfant, Luz commence à avoir des doutes sur ses origines, elle suit son intuition dans une recherche qui lui révélera l’histoire de son pays, l’Argentine.

    Lire la suite

  • Sourires de loup

    Maniant le loufoque, la satire et l'humour avec un art consommé, Zadie Smith produit ici un premier roman détonant, qui frappe par son ambition et son extraordinaire énergie. Ajoutons l'actualité des sujets abordés et la vitalité d'une prose qui se colore de tous les accents de la terre.

     

    Lire la suite

  • Richesse mortifère

    Pétrole, nucléaire, gaz de schiste : Jennifer Haigh nous montre dans ce roman aux histoires croisées et aux personnages denses comment la course aux ressources énergétiques des multinationales  avides d'argent détruit des invividus, des familles, des sociétés, et la nature.

  • MARARIA

    Dans un village considéré comme maudit d'une île des Canaries, un voyageur recueille les récits des hommes qui, associés les uns aux autres, composent une légende, celle de Mararia.

    Lire la suite

  • Le Ministère du Bonheur Suprême

    Ce livre, rédigé sur dix ans, "vous devez apprendre à le connaître comme vous apprenez à connaître une ville: parcourir ses grandes routes, ses petites routes, ses arrière-cours, ses terrains vagues." Il faut le lire jusqu'au bout pour saisir la profondeur de ce voyage au cœur des ténèbres, là où il reste de petites lumières qui réchauffent.

    Lire la suite

  • Un avril bien tranquille à Saigon

    Attention je triche ! Je n'ai pas lu ce roman qui n'arrivera sur nos tables que mardi 6 Février, mais j'ai trouvé que cet article très intéressant donnait très envie de le lire.

    Tout juste paru en France, "Un avril bien tranquille à Saïgon" est interdit au Vietnam, où l'on ne plaisante pas avec l'Histoire officielle. Rencontre avec son auteure, Thuân.

    Censuré… C’est l’histoire d’un livre, écrit en vietnamien, qui pour l’instant ne se lit que sous le manteau. «Un Avril bien tranquille à Saïgon», qui vient de paraître dans sa traduction en français, a l’air bien inoffensif, avec sa couverture rétro et nostalgique.

    Au Vietnam, pourtant, le livre a été interdit par la censure et retiré de la vente. Considéré comme «un livre réactionnaire». L’éditeur a même dû payer une amende pour avoir osé l’imprimer.

    Lire la suite

  • L'homme-arbre de Joan Sfar

    J'ai commencé à lire ce roman illustré pour savoir où le ranger : en jeunesse ? en roman adulte ? en BD ? Et après l'avoir lu, je ne sais toujours pas. Si l'on est réceptif à la fantaisie débridée de Sfar, à tout âge on peut le lire. Un homme-arbre tranquille, un vieil intellectuel juif, un golem immense et un microbe teigneux, vont devoir affronter un peuple qui vit sous l'étoile polaire ...

    Lire la suite

  • Connaître son corps

    Deux étudiantes en gynécologie ont rédigé cet ouvrage extrêmement complet sur le sexe et la sexualité féminine : on se demande pourquoi ça n'a pas été fait avant, tant rendre ces connaissances accessibles est indispensable : parce que connaître et comprendre son corps (ou celui de nos congénères) libère et est un premier pas vers l'émancipation.

    Lire la suite

  • Une contre-histoire de la transition énergétique

    En nous émancipant des énergies fossiles, nous sombrons en réalité dans une nouvelle dépendance : celle aux métaux rares. Graphite, cobalt, indium, platinoïdes, tungstène, terres rares ...ces nouvelles ressources sont devenues indispensables à notre nouvelle société écologique (voitures électriques, éoliennes, panneaux solaires) et numérique (smartphones, ordinateurs, tablettes). Or, les coûts environnementaux, économiques et géopolitiques de cette dépendance pourraient se révéler encore plus dramatiques que ceux qui nous lient au pétrole.