Achernement larnaudie

Acharnement, Mathieu Larnaudie

Ce court roman est un pamphlet délicieusement cynique sur la parole politique actuelle, caractérisée par sa vacuité et son artifice.

Le personnage principal de ce roman est une "plume" d'homme politique sur le retour. Depuis sa maison de campagne où il ronge son frein depuis son éviction de la sphère politique et où il tente, avec une application peu à peu déclinante, d'écrire le discours politique parfait, il contemple avec un cynisme écoeuré les intrigues politiques sur le petit écran. Retiré de toute vie sociale, il ne développe pourtant aucune forme de sagesse : son expérience  en politique semble avoir éteint en lui toute humanité, et s'il est lucide, sa lucidité ne débouche sur rien de positif, ni de créatif. Dès lors, le personnage devient de plus en plus passif et désabusé, absorbé par une télé qui prend de plus en plus de place dans sa vie. Un phénomène inexplicable surgit dans sa vie faussement tranquille : une série de suicides depuis le viaduc qui traverse le fond de son parc, qui l'agacent sans jamais l'ébranler profondément. De cette absurdité il est incapable d'en tirer quelque enseignement, et nous le voyons s'enfoncer toujours davantage dans sa colère bilieuse. Si le personnage n'est pas sympathique, néanmoins il nous régale par sa détestation sans concession de la comédie grotesque des élections politiques : ses tirades de grincheux politiquement incorrect font tout le sel de ce roman atypique. L'auteur connait bien le milieu qu'il critique, puisqu'il a publié un récit documentaire consacré à la formation de l'élite républicaine : Les Jeunes Gens. Il est également membre d'un collectif d'écrivains, Inculte, auteur du très récent Livre des Places, qui parle à la première personne de places dans le monde où le peuple est descendu exprimer sa souveraineté (place Tahrir, Maidan, Syntagma, Puerta del Sol, etc.)