Sur les ailes du dragon

L'Afrique et la Chine

Lieve Joris, voyageuse belge qui connait très bien le Congo, a entrepris d'enquêter sur les relations sino-africaines. Enquêter n'est toutefois pas le terme exact, car elle ne procède pas à la manière d'une journaliste, mais plutôt d'une insatiable curieuse totalement libre qui progresse à l'intuition et sans rien planifier. Nous, lecteurs, partageons ses rencontres multiples avec des chinois ou des congolais qui commercent entre eux. Il ne s'agit pas de grands échanges internationaux, mais de petites transactions, matériel contre argent liquide, de celles qui alimenteront les petits magasins congolais en fournitures du quotidien made in china. La mondialisation par le bas, peut-on dire.

C'est ainsi que nous débarquons d'abord à Dubaï, où nombre de petits commerçants africains viennent s'approvisionner, et s'organisent sur place comme ils peuvent pour partager logement d'appoint et conteneur pour le transport. Attention, on est bien loin du centre d'affaires aux tours high-tech scintillantes, on est dans des quartiers populaires où tout se négocie sou par sou. Les galères sont nombreuses, mais, comme conclut JP, un peu amer de l'abandon du Congo par les Belges et de la vie facile des occidentaux en général " Ne t'inquiète pas. Vous, vous sortez d'une pièce par la porte, nous, nous passons par le mur s'il le faut."

La suite du livre nous emmène à Guangzhou, dans la région du sud-est de la Chine proclamée "zone économique spéciale", coeur de la Chine mondialisée. Lieve Joris observe les relations entre chinois et africains dans le quartier malicieusement nommé Chcolate City, avant de nous entraîner à l'intérieur du pays, puis en Afrique du Sud.

Ce livre nous fait voyager intelligemment.